Hsipaw : le cœur de la montagne birmane

Excellente base de départ pour les randonnées1-Hsipaw-111 en tous genres, Hsipaw nous a ravi par son calme au cœur de la nature et son ambiance détendue : exactement ce que nous recherchions ! Nous commençons par explorer le petit centre ville et nous rendons à la fameuse « Mr Charles Guesthouse », connue de tous les baroudeurs arpentant la région, pour élaborer le programme des prochains jours.

 

Réveillés à 5h30 du matin par l’appel aux dons, à grand renfort haut parleur… et armé d’une carte de fortune, nous partons sans guide à la recherche des sources d’eaux chaudes dans la campagne environnante. Comme stipulé sur la carte, les distances ne sont pas vraiment à l’échelle et nous nous perdons dans les petits villages shan où les habitants nous aident chaleureusement à trouver notre chemin. Nous passons par un cimetière bouddhiste où des enfants moines jouent avec des cerfs volants fabriqués de bric et de broc.

Lorsque nous parvenons enfin à notre but, nous tombons3-Hsipaw-109 sur un spectacle pour le moins étonnant : des « bains publics » où les villageois viennent laver leurs motos (en slip !) en amont des gens qui prennent un bain sans que cela ne gêne personne. Nous restons là, à contempler le va et vient des motos qui, une fois rutilantes, repartent dans les montagnes. Le soir, nous nous régalons d’un cocktail chez « Mr Shake » à base d’ananas, fruit de la passion, banane, citron vert et rhum puis partons nous coucher car le lendemain, nous repartons en trek pour 2 jours avec 1 nuit chez l’habitant.

Durant la nuit, le système immunitaire de Sarah fait encore des siennes… Ce coup ci une turista l’occupe pendant une bonne partie de la nuit… Après avoir vu un médecin au matin, ce n’est donc pas dans les meilleures conditions que nous attaquons la journée et les 6 heures de marche qui nous séparent de notre campement. Nous partons donc avec une anglaise, une polonaise et un français qui voyagent tous seuls en Asie, ainsi qu’avec notre guide Joey. Au cours de notre route sur cette terre rouge, nous traversons plusieurs villages shan et palaung qui se caractérisent par leurs maisons en bambous tressés montés sur pilotis. Nous croisons plusieurs temples où la nature semble avoir pris le dessus sur la main humaine. Malheureusement notre guide n’est pas très bavard et ne parle pas très bien anglais.

Au terme de notre montée, nous arrivons à 1200m d’altitude à Pankam, connu pour ses plantations de thé vert, que nous irons visiter après un repas partagé au coin du feu dans la maison des cousins du guide. Ici, en plein cœur des montagnes, la vie semble s’être arrêtée. La principale préoccupation de la maison semble être de tenir le feu éveillé.

Nous admirons le coucher du soleil autour d’un alcool de riz local et d’un cigare birman. Dès la nuit tombée (18h), les rues sont désertes et plus aucun bruit ne se fait entendre. Nous dinons à 19h puis nos hôtes nous font comprendre qu’il est temps pour eux d’aller se coucher… Il est 19h45, même si nous avons bien marché, nous allons avoir du mal à trouver le sommeil… Nous organisons donc, avec nos compagnons de marche, une petite session de Light Painting des plus créatives sous un ciel étoilé magnifique (pas beaucoup de pollution ici…) puis regagnons le dortoir.

Après un petit déjeuner,7-Hsipaw-139 qui ressemble à s’y méprendre à ce que nous avons mangé la veille au soir (du riz, du riz et encore du riz !!!), nous repartons par un nouveau chemin au cœur de la forêt et des rizières, avec en toile de fond les montagnes, les sourires des enfants et un ciel bleu azur ! Sarah est requinquée et prête pour la marche. Nous suivons le cours d’eau qui redescend jusqu’à Hsipaw et croisons quelques buffles en train de brouter tranquillement dans les prés avec un air sympathique.

Une fois à Hsipaw, nous visitons une fabrique artisanale de nouilles (de riz bien sûr…), et suivons le process de fabrication, très physique, où les hommes travaillent dans la vapeur moite des fours.

A notre arrivée, c’est au tour de Bertrand de ne pas se sentir dans son assiette et de partir directement au lit. Sarah retrouve ses compères de marche pour visiter le palais shan de Hsipaw et prendre un dernier cocktail avant de quitter le pays pour le Cambodge. Malgré nos petits problèmes gastriques… nous avons adoré nos 4 jours passés dans la tranquillité de Hsipaw, les treks facilement organisables dans la montagne et une fois de plus l’hospitalité et la gentillesse des villageois, qui semble être la marque de fabrique du pays.

5 réflexions sur “Hsipaw : le cœur de la montagne birmane

  1. salut les chéris !
    retour du footing (sans Lilo à Paris) et petite visite sur votre blog. Vos photos sont toujours aussi magnifiques. très belle lumière sur les photos de fabrication du riz.
    biz,

    jm et LN

    J'aime

    • Cool merci pour l’info ! On a des chances de se retrouver en Indonésie, on arrive à Lombok le 4 mars et on repart de Bali le 23 mars. On se tient au courant ! Amusez vous bien !!! Sarah & Bertrand

      J'aime

      • Salut les amoureux !!
        Alors nous on file demain (jeudi) à Gili Air, tout près de Lombok. Vous aviez prévu d’y aller ? Sinon on vole le 13 pour Perth et on revient à Bali le 21 et le 22 (le 21 c’est Nyepi par contre donc tout tout tout est fermé !!) ! On serait bien se retrouver quelque part avec ça 😀
        See you soon
        I&J

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s