Entre chiens et loups

Un des rêves les plus communs quand on évoque le Canada est de parcourir ses forêts et tourbières enneigées, douillettement installé à bord d’un traîneau à chiens. Le premier week-end de mars était tout indiqué pour cette expérience hors du commun et c’est équipés de nos affaires les plus chaudes que nous sommes partis pour la pourvoirie Daaquam avec nos visiteurs de France, Marc (le frère de Bertrand) et sa copine Virginie, à 4h de Montréal.

Traineau à chiens-3

Un soleil radieux, des températures douces, une neige fraîche : des conditions idéales pour notre première sortie ! A notre arrivée, Christophe, notre guide, nous prend en charge et nous explique le déroulement de notre week-end. Nous allons commencer par nous équiper très chaudement : avec son manteau de ski français et ses petites bottes Décathlon, Virginie fait grimacer le québécois qui la rhabille avec du textile local : pas sexy, mais efficace !

Traineau à chiens-10

En route pour le chenil : une cinquantaine de chiens redressent la tête en nous voyant arriver et c’est à qui usera de la meilleure stratégie pour avoir nos caresses! On nous avait dit que ces chiens n’étaient pas très câlins et surtout portés sur le sport, mais ce sont de vrais nounours qui se laisseraient papouiller des heures durant. Sarah et Virginie sont donc ravies!

Traineau à chiens-13.jpg

Pendant ce temps, les guides ont préparé les traîneaux et nous les aidons à y harnacher nos chiens. La tension monte d’un cran, heureusement que les freins sont solidement ancrés car les chiens sont surexcités et sautent dans tous les sens pour partir. Après quelques consignes de sécurités élémentaires (de type « Quand je dis « Freine ! », freinez…» OK !), les filles s’installent sous la peau de mouton et les garçons debout sur les patins du traîneau. Les chiens ont bien senti que nous étions prêts et aboient de plus en plus, il faut y aller !

Les freins sont lâchés et nous partons comme des boulets de canon sur la piste, gare à ne pas se faire larguer au premier virage !

Traineau à chiens-20

Traineau à chiens-23.jpg

Le paysage d’un blanc immaculé défile sous nos yeux éblouis, les chiens trottinent maintenant tranquillement, un peu trop lentement au goût de Bertrand qui les encourage de « allez hop ! » qui semblent totalement inefficaces sur nos compagnons à quatre pattes. Nous traversons de nombreuses forêts et tourbières, heureusement il fait bon (-6 degrés) et nous frissonnons en imaginant faire cette activité par – 20 ! Nous faisons de nombreuses pauses pour permettre aux chiens de se désaltérer et de se rafraîchir en se roulant dans la poudreuse.

Traineau à chiens-25.jpg

A mi-parcours, il est temps de changer de conducteur et les filles prennent donc la directions des traîneaux. Les chiens sont un peu plus calmes qu’au départ et nous repartons sereinement en direction de notre logement pour la nuit.

Traineau à chiens-22.jpg

Nous arrivons au chalet le Boréale après 2h30 de promenade ; les chiens commencent à tirer la langue, même si d’après notre guide, ils auraient pu tenir encore 3 ou 4 heures !

Traineau à chiens-30

Nous leurs enlevons leur harnais un par un, en évitant de se faire croiser les chiens dominants, une bagarre de huskies n’étant pas au programme de nos envies de la journée. Chacun a une place bien définie autour de la chaîne principale près de laquelle ils vont faire leur trou et dormir à même la neige.

Traineau à chiens-31

Traineau à chiens-4

Nous prenons nos quartiers dans le rustique chalet de bois qui sera notre abri pour la nuit, et pendant que Christophe prépare le feu, nous partons explorer les environs munis de raquettes. A notre retour, il est l’heure de nourrir les chiens : chacun son morceau de bœuf congelé, pas de jaloux !

Il fait -5 dans le chalet, Christophe nous assure qu’il fera 10 degrés dans 2h30. En attendant, on se serre près du poêle, en manteau. Nous dînons de bonne heure d’une soupe bien chaude, de tourtière (tourte à la viande) et d’un gâteau non identifié mais délicieux : le grand air, ça creuse !

La soirée se passe en bavardage avec notre guide, la vingtaine apparemment très fêtarde, qui nous raconte ses soirées alcoolisées mais pas les histoires de musher (nom canadien des conducteurs de traîneaux à chiens) espérées. Un peu cuits par nos émotions de la journée, nous partons nous coucher vers 10h, tout habillés (sans les manteaux, quand même!) sous d’épais duvets. Les chiens hurlent à la lune et nous dormons d’un sommeil peuplé de rêves étranges, entrecoupés par le crépitement du feu et le bruit des bûches que Christophe remet régulièrement dans le poêle.

Traineau à chiens-33

Au petit matin, c’est l’odeur alléchante du bacon qui nous réveille et nous fait rapidement descendre à la cuisine ! Christophe nous a préparé un petit-déjeuner bien consistant à base d’œufs brouillés, bacon, saucisses et toasts. Un fois rassasiés et prêts pour attaquer cette nouvelle journée sous un soleil éclatant, nous sortons saluer nos chiens qui nous accueillent avec des câlins à n’en plus finir.

Traineau à chiens-40.jpg

Traineau à chiens-52.jpg

Traineau à chiens-54.jpg

Nous finissions de ranger nos affaires, préparons les traîneaux et c’est reparti pour un tour, mais avec cette fois-ci les filles aux commandes. L’avant-départ est encore plus tendu que celui de la veille, il y a de l’électricité dans l’air tant les chiens veulent courir ! Les freins semblent à la limite de l’inutile, heureusement le « go! » est vite donné… et notre traîneau se renverse au premier virage. Plus de peur que de mal heureusement, mais on remet Bertrand aux commandes pour ce début de course, les chiens sont trop en forme pour le poids de Sarah.

Traineau à chiens-58.jpg

Traineau à chiens-57

Traineau à chiens-60

La balade est superbe, on se laisse doucement bercer par le bruit des pattes qui trottinent sur la neige quand soudain, les chiens de Christophe décident d’aller voir un peu ce qu’il se passent dans la forêt ! Panique à bord, ils s’emmêlent tous dans les arbres et Bertrand et Marc doivent donc aller lui prêter main forte pour remettre les curieux dans le droit chemin. Une fois l’attelage sur la bonne piste, nous repartons, les chiens gonflés à bloc par cette petite pause. Pas pour très longtemps, car cette fois-ci, ce sont nos chiens qui décident d’aller explorer le sous-bois ! Ces andouilles s’emberlificotent dans les sapins, et les deux frères doivent à nouveau aller démêler ce fatras sous les aboiements pressants des chiens de Virginie et Marc, certainement outrés et frustrés par le manque de professionnalisme de leurs collègues.

Traineau à chiens-56

Traineau à chiens-55

De nouveau sur le départ, nous restons concentrés sur les chiens ! Les paysages sont toujours aussi féériques, nous savourons le silence et la beauté des lieux. L’échange de conducteurs se déroule au mieux, Sarah prend même les commandes du traîneau de Christophe, à qui les chiens obéissent à la moindre interjection, facile !

Nous arrivons au camps de base sans encombre, remercions nos chiens avec moult caresses et félicitations puis allons nous réchauffer d’un bon café avant d’aller niaiser avec un chiot adorable. Après une petite session de luge et des gadins de toute beauté, nous profitons du beau temps pour aller marcher dans la forêt environnante, l’occasion de se planter « comme des carottes » dans la profondeur de la neige. Il est l’heure de rentrer à la maison, empestant le chien et le feu de bois, mais heureux comme des rois !

Traineau à chiens-65.jpg

TOUTES LES PHOTOS DE L’AVENTURE SONT ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s