A la poursuite de l’alose savoureuse

Au mois de juin de chaque année, un spectacle étonnant se déroule sur la rive nord de Montréal : l’alose savoureuse quitte alors l’eau salée et remonte à sa rivière natale pour frayer, faisant des berges de la centrale hydroélectrique de la Rivière des Prairies un des deux endroits les plus courus par les pros de la ligne d’ici et du monde entier.

«L’alose remonte la rivière puis se voit coincée par les barrages de la rivière des Prairies ou de Carillon, tout dépendant le côté où elle va, et là, c’est le cul-de-sac»…

Ce hareng géant pèse de un à trois kilos et mesure de 40 à 60 centimètres. Année après année, nombreux sont ceux qui prennent leurs vacances estivales en fonction de la venue du fameux poisson. Ce que cherchent les pêcheurs, c’est un combat comparable à celui du saumon. Ca tire sec car l’alose ne mord pas pour se nourrir mais pour attaquer sa proie. Et plus il y a de leurres dans l’eau, plus elle est en colère 😉 Et quand un pêcheur a la chance de pogner la bête, tout le monde crie « ALOSE !!! » à l’unisson.

Nous nous levons donc à 4h du matin (en prenant bien soin de ne pas réveiller Sarah), pour surprendre l’alose dès son réveil.

Après 2 heures 30 de pêche mouvementée et 5 aloses sorties de l’eau, nous sommes fin prêt pour attaquer notre journée de travail, les yeux un peu plus pétillants (et fermés que d’habitude)…

Le reste se passe en vidéo icitte !!!

https://quik.gopro.com/v/A0BI5m9zEM/?autoplay=1

1ères glissades à Montréal

L’hiver s’en vient, on commence un peu à flipper et on se prépare comme on peut entre achats de gros manteaux et bottes fourrées.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on va avoir plein de nouvelles activités à tester.

La petite vidéo ci dessous montre nos premiers pas sur la patinoire de Mont Royal. On verra à la fin de l’hiver si on a progressé ou si nos corps sont couverts de bleus !

Ubud et la péninsule Bukit : le coeur de l’île de Bali

A notre arrivé à Ubud, nous nous trouvons un logement dans une mignonne petite guesthouse à la fois au calme et près du centre (Monkey Forest Road). Nous profitons d’une douche chaude (la première depuis 1 mois) puis découvrons rapidement la ville de nuit, c’est prometteur…

Après avoir petit déjeuné d’une crêpeUbud-106 verte et néanmoins délicieuse, nous louons un scooter afin de nous rendre à 2h de route dans le sud de l’île vers les fameuses plages paradisiaques de la péninsule Bukit, où Bertrand espère surfer.

LA PENINSULE BUKIT

Le sud de Bali n’a rien à voir avec le Nord et l’Est que nous avant explorés précédemment. A la vue des nombreux McDo, Burger King et consorts aux abords de la péninsule, près de Kuta, on sent que beaucoup plus de touristes arpentent cette zone de l’île. La péninsule en elle même est bien préservée et s’y promener en scooter est un régal. Nous nous arrêtons à une première plage : Padang Padang. En descendant les quelques marches, nous découvrons une toute petite plage qui donne sur une mer bleue turquoise, bordée de rochers. Un décor de carte postale ! Des surfeurs tentent de maîtriser les vagues mais la plage est vite submergée par les eaux, nous décidons donc de rebrousser chemin. En reprenant notre scooter, nous rencontrons Charlotte, quittée la veille sur Gili Air, qui vient juste de se prendre une vague alors qu’elle était tranquillement allongée sur sa serviette. Nous avons eu le nez creux !

Ubud-104

Ubud-105

Un second arrêt à Padang Beach, beaucoup plus tranquille où nous sommes seuls au monde ! Magnifique et très sauvage. La route pour y parvenir est un peu compliquée en scooter mais cela en vaut vraiment la peine !

Nous décidons de partir pour le spot mythique de l’île : Ulu Watu, où les meilleurs surfeurs du monde se retrouvent pour affronter les plus belles vagues !  Lire la suite