NZ – JOUR 11 & 12 – WEST COAST

LES MESAVENTURES DU CAMPING

Au petit matin, nous souhaitons profiter de la présence de machines à laver (ce qui est loin d’être le cas dans tous les campings) pour faire prendre un bon bain à nos affaires. Nous croisons la propriétaire qui nous informe de manière peu aimable que le check out est à 10h, il est 8h30.

Bien, nous allons faire notre possible pour être à l’heure. Nous lançons donc la machine et, pendant qu’elle tourne, profitons de la super cuisine pour préparer nos prochains repas. Nous mettons nos affaires au sèche-linge et repartons cuisiner. 20 minutes plus tard, Bertrand va checker le linge qu’il retrouve dans un bac, à moitié mouillé. Première altercation avec la proprio (que nous appellerons désormais « la Folle Furieuse » FF), qui nous explique qu’elle est très occupée et doit faire ses lessives, qu’elle est prioritaire et que nous n’avons pas à occuper ses machines.

Bertrand essaie de garder son calme et lui explique que nous avons payé pour le sèche-linge, qu’il est tout juste 10h et que nous partirions plus vite si notre linge était sec. FF lui tend donc ses 2$, méprisante, en disant d’un air très aimable « vous pouvez partir maintenant » ! Là s’en est trop ! Bertrand lui explique que ce n’est pas une façon de parler aux gens et que ce que nous avions lu sur Internet était en fait vrai. FF répond « vous les froggies, vous êtes tous les mêmes, vous êtes mal élevés, bla bla bla… partez maintenant ». Bertrand lui explique que nous partirons quand notre linge sera sec et négocie pour prendre un tancarville. Fin de la discussion, pour le moment…

Nous repartons donc étendre le linge sous le peu de soleil qui daigne bien montrer le bout de son nez et finissons notre petit déjeuner. FF revient et nous gratifie d’un toujours agréable : « vous êtes encore là ??? », ça fait plaisir d’être aussi bien accueillis. Après moultes prises de tête, notre linge étant presque sec, nous décidons de partir de cet endroit de fou. Sarah organise le van pour étendre notre linge à l’intérieur (en prenant quand même bien notre temps J ). Heureusement, un peu de soleil et les vitres ouvertes finiront par sécher tout ça en fin de journée.

Nous partons sur la côte Ouest vers Westport. Comme nous l’avions lu, l’île du Sud est beaucoup moins peuplée que l’île du Nord et nous croisons très peu de maisons mais beaucoup de vaches et de moutons. Les décors oscillent entre prés, montagnes et rivières.

West Coast-1

West Coast-7

Nous rencontrons également de nombreuses « Honesty Box » sur le chemin : ce sont des producteurs de fruits et légumes ou même de miel qui mettent à disposition, le long de la route dans des petites cahuttes en bois, leurs produits avec le prix dessus et une boîte dans laquelle mettre la monnaie. Personne ne surveille, le système fonctionne sur l’honnêteté des gens. Rien ne sert de vous dire qu’en France, ça ne fonctionnerait sûrement pas ! Nous achetons 2 gros sacs de pomme pour trois fois rien et reprenons la route.

Arrivés à Westport, nous partons sur la Tauranga Bay pour voir la fameuse colonie de phoques. Sur fond de mer déchainée, ils bronzent tranquillement sur les rochers, allant parfois se mouiller ou se risquant à une marche maladroite sur les pierres. Nous restons ainsi à les regarder un bon moment, avant de déjeuner sur le bord de la plage.

En route pour le far-west !

Nous découvrons des paysages marins bruts, des falaises battues par les vagues et, sur le chemin, les pancakes rocks de Punaikiki. Ces formations rocheuses en multitude de strates sont pour le moins surprenantes et même les scientifiques sont incapables de les expliquer. Pour nous, c’est une jolie promenade le long de la côte qui nous offre une vue superbe sur une mer plutôt déchainée et au cours de laquelle nous retrouvons un des cousins du kiwi, pas si farouche !

West Coast-12

Notre objectif de la journée est d’atteindre Greymouth pour y passer la nuit. Nous fêtons ce soir nos 8 ans !!! (et oui, déjà !) et décidons de s’offrir un restaurant dans ce semblant de ville. Nous partons donc à la recherche d’un endroit pour dîner et tombons sur une ville déserte. Il est dimanche soir, tout le monde doit être chez soi. Nous trouvons néanmoins notre bonheur et partageons du cochon mariné dans du cidre et des escalopes de poulet fourrées à la marmelade d’oignons et entourées de lard, le tout arrosé par une super bière pression locale. C’est copieux et gras mais cela fait du bien de ne pas avoir à se soucier de la vaisselle à la pompe et eau froide dans le van. Nous nous endormons dans un camping hors de prix (35$/2 personnes sur un site non alimenté en électricité), mais qui a l’avantage d’être proche de la ville.

Le lendemain, nous faisons un dernier plein d’essence et de courses avant « le grand désert » (Greymouth étant la dernière ville avec de vrais supermarchés avant Queenstown, située à plus de 550 km). Notre journée est placée sous le signe de la route, puisque nous avons prévu d’arriver à proximité des glaciers Fox et Franz Josef avant la tombée de la nuit. En cours de route, nous nous arrêtons près du lac Mahinapua pour nous dégourdir les jambes le long Tramline walk. Il s’agit en fait d’une ancienne voie de chemin de fer qui acheminait le bois nécessaire au fonctionnement d’une scierie. Après un incident dramatique (il semblerait que quelques membres eussent été sectionnés…), la scierie a fermée, et le trajet est devenu une promenade. Malheureusement, nous sommes encore forcés par la météo, décidément pénible, de retourner sur nos pas après une petite demi-heure de promenade. La plaie !

Qu’à cela ne tienne, nous continuons notre route, il n’y a que ça à faire. Nous nous arrêtons déjeuner après le Lac Lanthe, le long d’un fleuve aux eaux bleues turquoises et renouons connaissance avec de vilaines bestioles tant redoutées… les sandflies ! Sorte de petits moucherons, elles se déplacent en bandes et attaquent les chevilles et poignets non couverts, en laissant des piqûres qui démangent violemment (parfois pendant plus de 15 jours) ! C’était notre hantise, nous restons donc confinés dans notre van pour déjeuner, de toute façon il pleut !

De nouveau sur la route, nous en profitons pour aller près du lac Okarito. Nous découvrons un mignon petit village, donc les maisons donnent toutes envie d’y habiter. Enième tentative de promenade ; évidemment avortée bien rapidement, par la pluie pour changer ! Nous sommes pugnaces et décidons après quelques kilomètres en van de retenter une sortie, la pluie s’étant calmée près du Westland Tai Poutini Park. Que nenni, 10 minutes de marche et rebelote ! Cette fois-ci, c’est un vrai déluge qui fait regretter amèrement à Sarah des chaussures de marche en gore-tex.

Trempés, il est grand temps d’arrêter les frais et partons pour le Otto Mac Donald Camping où nous passons la fin d’après-midi et la soirée entre thé, film et bouquins, bien à l’abri dans le van (enfin, sans compter les fuites…). Toute la nuit, une pluie battante s’abat violement sur le camping, nous sommes bien contents de ne pas être sous tente.

PHOTOS RECAP’ 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s